Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Arbre aux Clochettes
L'UNIVERS MAGIQUE où chaque objet devient unique..

Dans la forêt lointaine, on entend le Coucou.. coucou, coucou...

AMBERT Pat. #legend, #contine
Comme disait ma grand maman, en son temps... "au temps du coucou, dans sa poche il faut avoir des sous !"
Et bien oui, le coucou est revenu et par ces temps de crise, mieux vaut avoir quelques pièces dans ses poches.
"Pourquoi ?" me diront certains, je serais bien tentée de leur répondre "parce que c'est comme ça !", mais pour ceux qui ne savent pas je vais expliquer.
Le coucou est un drôle d'oiseau, qui ne s'embête pas à chercher et ramasser des brindilles ou du duvet pour faire son nid, non non, cet oiseau là fait tout simplement son nid... dans celui des autres ! Imaginez un peu les dégâts, quand cet oiseau de bonne taille décide de poser ses oeufs dans le nid d'une Mésange ou d'un Roitelet ?
La pauvre maman prenant l'oeuf squatteur pour un des siens, nourrit le petit comme si'il était un de ses oisillons et ce jusqu'à ce que l'animal, doté d'un fort gros appétit, n'épuise ses pauvres parents adoptifs et ne fasse tomber les autres petits du nid, faute de place.
Donc le Coucou de part sa nature "envahissante", est devenu le synonyme de profiteur, squatteur et symbolise la misère, pour tous ceux qui ont la malchance de l'héberger ou de simplement l'entendre chanter.
Alors, pour conjurer le mauvais sort et éviter la ruine, la coutume veut qu'en cette période de l'année où l'on entend chanter le Coucou, on garde toujours au fond de sa poche, une pièce de monnaie.
Savoir si cela fonctionne ?
Je ne sais pas si vous deviendrez riche, mais ce que je sais, c'est que ma grand maman à moi, ne sortait jamais sans son "sou" dans la poche, ... des fois que !
Et puis comme disait Monsieur Blaise Pascal, "dans le doute, il vaut mieux croire !"
Donc de générations en générations, nous faisons perdurer la coutume.
Je dédis donc cette petite histoire à mes enfants et tous mes petits enfants présents et à venir afin qu'ils s'en souviennent et la transmette eux aussi à leurs enfants et petits enfants...
Je crois que cette coutume perdure dans d'autres régions, voyez sur ce site toute l'histoire du Coucou, qui par ailleurs est un très bel oiseau, craintif que vous ne verrez que très rarement.

http://lpomoselle.oiseaux.net/dossiers/coucou.gris.html

Dans la forêt lointaine, on entend le Coucou.. coucou, coucou...
Un récent article paru dans "Courrier International" laisse entendre que notre ami Coucou, serait de nature "mafieuse"... Voilà qui ne va pas arranger sa déjà triste réputation...

On connaissait la fâcheuse habitude du coucou de laisser ses oeufs dans des nids étrangers, aux bons soins d'autres espèces d'oiseaux qui couvent le rejeton puis s'épuisent ensuite à le nourrir. Ce que l'on sait moins, c'est que si les "parents adoptifs" ne sont pas assez coopératifs, s'ils éjectent par exemple le nouvel arrivant, l'espèce parasite use de représailles. Il fond sur le nid, et détruit tous les autres oeufs.

En gros, en laissant son oeuf dans le nid, le coucou fait aux autres oiseaux une offre qu'ils ne peuvent pas refuser, explique le magazine américain Popular Science.

Cette stratégie mafieuse n'était jusqu'à présent qu'une hypothèse scientifique, émise en 1979 par le biologiste Amotz Zahavi, de l'université de Tel Aviv. Mais des chercheurs en mathématiques viennent de modéliser ce comportement afin de voir s'ils pouvaient valider "l'hypothèse mafieuse". Pour cela, il faut que deux conditions soient remplies, expliquent-ils : que le coucou visite plusieurs fois le même nid et que les "parents adoptifs" soient capables d'apprendre. Résultat ? "Nous avons testé et confirmé l'hypothèse mafieuse", affirme dans un communiqué Maria Abou Chakra, du Max Planck Institut pour la biologie de l'Evolution, et premier auteur de l'article consacré à ces recherches, publié dans Nature.

Le cycle de la violence

Mais le coucou n'agit pas toujours comme un gros bras de la mafia, tempèrent les chercheurs, son comportement est cyclique. Plus il use de représailles, en détruisant toute la couvée, plus il devient vital pour les "hôtes" d'accepter sans réticence les oeufs étrangers, en misant sur le fait qu'ils pourront peut-être élever l'un de leurs petits aux côtés de l'oisillon déposé. Un statu quo s'installe alors, pendant lequel le coucou dépose sa progéniture sans plus user de menace... Jusqu'au prochain cycle, quand la famille d'accueil se rebelle.

Il n'y a pas que la menace qui soit efficace. Une étude publiée dans la revue scientifique Science suggère, elle, une autre raison qui pousse les hôtes à accepter les oeufs de coucou : les jeunes imposteurs secrèteraient une substance odorante qui protègent leurs hôtes des prédateurs. C'est encore une offre à laquelle il est difficile de dire non.

Courrier International

Facebook RSS Contact